Annuaire gratuit

Que doit-on faire avec les mauvais payeurs ?

Dans le monde du travail, le contrat est très indispensable. En effet, il peut se servir en cas de conflits, de litige ou de désaccords. C’est un excellent document à utiliser pour faire face au client mauvais payeur. En présence du contrat, il peut être facilement poursuivi en justice. Mais avant de passer par cette étape, il existe d’autres méthodes de relances que nous vous présentons ici sur UltraRef.

La rédaction d’un contrat pour se protéger des mauvais payeurs

Que faire contre les mauvais payeurs ?
Dans une collaboration de travail, on peut mettre les accords par écrits dans un contrat. Les informations à y mettre sont entre autres le travail à effectuer, les rôles du travailleur et les obligations de chaque partie. Il ne faut pas oublier les points sur le paiement. En effet, il faut préciser dans le contrat le montant du salaire, la date d’envoi de ce dernier, les pénalités de retard,…

Dans le cas où le contrat est au forfait, il faudrait donc mentionner le déroulement de la phase de recette. Enfin, il est utile aussi d’écrire les conditions de rupture ainsi que la résiliation dans le contrat. Une fois que toutes les informations sont écrites dans ce document, les deux parties doivent le signer.

Dans le cas où un incident ou un conflit se présente, on peut utiliser ce contrat pour demander par exemple aux mauvais payeurs  d’envoyer le paiement. Pour la rédaction de ce document, on peut faire appel à un avocat ou un juriste.

Relance téléphonique et e-mail : les premières méthodes de recouvrement


Pour demander son argent à un mauvais payeur, il faut faire différentes relances. Tout d’abord, on entre en contact avec lui en envoyant un courrier électronique. Il est vivement conseillé d’utiliser avant tout l’envoi d’email comme première méthode de relance et de recouvrement. On prépare un message clair et très précis rappelant poliment au client que sa facture reste encore impayée.

Cette première étape n’est pas vraiment une technique de recouvrement, mais juste un simple rappel. Il faut être poli et compréhensif lors de contact avec le client. Une lettre trop directe et agressive pourrait nuire à la relation commerciale avec le client.

Ensuite, la deuxième méthode de recouvrement est la relance téléphonique. Dans celle-ci, il faut également être courtois, respectueux et très précis. Il faut expliquer clairement et avec tact la situation et convaincre le client de payer ses factures. Faire un rappel par téléphone est souvent plus efficace qu’un envoi de message. La voie a généralement plus d’impact qu’un écrit dans la méthode de recouvrement.  

Engager une poursuite judiciaire


Après plusieurs relances, le client continue toujours de faire la sourde oreille. Ainsi, on peut donc entamer la voie légale. Ce genre de procédure ne peut cependant être décidé qu’à condition de suivre les étapes de relance. Ici, on exige au client de donner le paiement par la voie juridique.

La mise en demeure est une alternative en cas de mauvais payeur acharné. C’est un document qui présente une menace légale au client. En outre, dans le pire des cas, la mise en demeure n’a pas encore d’effet sur le mauvais payeur. On peut donc considérer l’étape suivante qui est la poursuite judiciaire.